⚓️ Un projet en faveur de la culture maritime ? Candidatez-ici ! ⚓️

Sur l'eau, la prog maritime

Les gabares de Lampaul et de l’Iroise

Les gabares, voiliers de charge trapus et puissants, assurèrent tout autour de la mer d’Iroise le transport de frets aussi divers que les matériaux de construction, la soude ou le goémon. Basées, pour beaucoup d’entre elles, à Lampaul-Plouarzel, nombre de gabares se spécialisèrent dans l’extraction et le transport de sable destiné à la construction ou à l’amendement des terres agricoles. Pour cela, l’usage a longtemps été de s’échouer sur un banc de sable, chargé ensuite à la pelle. La mécanisation a ensuite permis d’utiliser des grues facilitant considérablement le travail. 

 

Certaines allaient jusqu’en Angleterre pour y livrer des oignons du Léon, ou jusqu’à Noirmoutier, y charger du sel. Les grandes gabares de l’Iroise étaient gréées en dundées, avec deux mâts portant des voiles à corne ; leur gréement a perdu en importance avec l’usage des moteurs après la Seconde Guerre mondiale, mais certaines ont continué à utiliser leurs voiles jusque dans les années 1970. 

 

Malgré la concurrence du transport routier et leur âge parfois avancé, certaines ont travaillé au sable et au transport jusque dans les années 1990, notamment pour assurer l’acheminement des matériaux de construction vers les îles de l’Iroise.

Quelques gabares naviguent toujours, comme les dundées Notre-Dame de Rumengol (1945), qui a fait l’objet d’une restauration exemplaire ou Fleur de Lampaul (1948), qui a voyagé tout autour du monde avec des équipages de jeunes. Quant au sloup Dalh Mad, de Landerneau, il s’agit de la réplique lancée en 1992 de la Sainte-Anne (1945).

 

 

Découvrez les activités

Découvrez les artistes

Vivez l'expérience

Du 18 au 21 juillet 2024